L’Énigme du serpent noir : Ils étaient dix à la sauce Edgar Wallace.

L’Énigme du serpent noir : Ils étaient dix à la sauce Edgar Wallace.

L’Énigme du serpent noir est un Edgar Wallace Krimi fidèle à la réputation du genre démontrant un goût certain pour le macabre. On y décèle en effet quelques éléments annonçant le Giallo, comme la façon de filmer les meurtres en vue subjective : Au premier plan, un foulard est manipulé par l’assassin qui l’enroule avec dextérité sur lui-même. Au second, les futures victimes paniquent…

Nous ne sommes pourtant qu’en 1963, Six femmes pour l’assassin n’est qu’à l’état d’ébauche…

La principale influence de L’Énigme du serpent noir reste cependant Das Halstuch (Le Foulard), téléfilm que la télévision allemande diffuse en 1962. En rassemblant 89 % de la population devant le petit écran, le feuilleton en six parties est un succès tel que les rues des villes sont vides lorsqu’un épisode est programmé. Un mot est même inventé pour l’occasion : Straßenfeger soit, littéralement, balayeur ou videur de rue.

Le titre original Das Indische Tuch (Le foulard indien) ne partage pas seulement un titre similaire avec sa source d’inspiration, puisqu’on y trouve également l’acteur bien connu Heinz Drache. L’intrigue est également plus ou moins la même : un inspecteur tente de démasquer l’auteur d’une série de meurtres perpétrés à l’aide d’un foulard et prenant pour cibles des personnes toutes plus suspectes les unes que les autres…

Bien sûr, le film évoque l’intrigue des Dix Petits Nègres. Le livre écrit par Agatha Christie en 1939 s’est vendu à plus de cent millions d’exemplaires. Pour des raisons morales, le titre a été renommé dans sa version française en Ils étaient dix…

L’Énigme du serpent noir : Ils étaient dix à la sauce Edgar Wallace.
L’Énigme du serpent noir : Ils étaient dix à la sauce Edgar Wallace.

Plusieurs des premiers seront les derniers et plusieurs des derniers seront les premiers

Le vieux Lord Lebanon est assassiné dans son château de Marks Priory. Ses proches sont invités par l’avocat Frank Tanner à participer à la lecture du testament afin de prendre connaissance de ses dernières volontés. C’est ainsi que les héritiers découvrent avec stupeur que la fortune du patriarche sera répartie entre les membres encore en vie après six jours passés dans le château… Or, dès la première nuit, l’un des descendants est assassiné. Tout le monde imagine alors qu’un tueur mystérieux a décidé de décimer un par un les héritiers potentiels. Un égoïste refuserait de partager la succession ! Tel un sinistre présage, une tempête se lève alors et coupe le château du reste du monde…

Comme dans tout whodunit qui se respecte, les meurtres se suivent sans temps mort. En outre, il est impossible de résoudre l’énigme en raison du zèle des scénaristes à dissimuler les motivations de l’assassin qui reste, jusqu’au final, totalement soupçonnable…

L’Énigme du serpent noir s’inscrit pleinement dans la tradition des Edgar Wallace avec ses personnages bigarrés, ses énigmes abracadabrantes et ses gimmicks à profusion, comme une voiture autopropulsée ou une belle tarentule toujours prompte à faire irruption à des moments incongrus. Le château isolé est, bien sûr, tout simplement magnifique. Les atouts permettent au film de proposer un divertissement de haute tenue. Il faudra un effet être un incorrigible grognon pour ne pas prendre du plaisir devant un tel spectacle. D’autant plus que scénario ne laisse place à aucun temps mort.

L’Énigme du serpent noir : Ils étaient dix à la sauce Edgar Wallace.
L’Énigme du serpent noir : Ils étaient dix à la sauce Edgar Wallace.
L’Énigme du serpent noir : Ils étaient dix à la sauce Edgar Wallace.

Une constellation de personnages

Pourtant, le point fort du métrage reste ses personnages. Aucun n’est délaissé et tous bénéficient de dialogues et monologues intéressants.

Le casting est prestigieux avec des visages bien connus du genre comme celui de Heinz Drache et d’Eddi Arent. Mais c’est évidemment Klaus Kinski qui attire le plus l’attention. Il fixe le vide avec ses yeux vitreux d’une telle façon qu’on le désigne immédiatement comme le probable coupable. Comme il est le fils illégitime de Lord Lebanon, il souffre des humiliations proférées par les autres membres de la famille. Pour eux, il n’est qu’un bâtard. Cette injustice permet malicieusement de brouiller les pistes.

Le personnage de Hans Clarin, fils effacé et dépressif, vivant dans son monde n’est pas piqué des vers non plus… D’autant plus qu’il bénéficie d’une admiration malsaine de la part de sa mère. Elle ne cesse d’encenser ses qualités musicales, considérant son fils comme un prodige. Cette différence de traitement pourrait-elle faire malgré tout de ce malheureux un criminel ? Quoi qu’il en soit, sa silhouette introvertie et ses attitudes ambiguës proposent un concurrent crédible au personnage de Klaus Kinski.

Pourtant, la lecture du testament révélant l’héritier de Lord Lebanon offre une surprise particulièrement savoureuse. Finalement, l’héritier désigné est… Edgar Wallace… Quelle drôle de surprise… Rassurez-vous, ceci n’est pas un pathétique divulgâchage. Seulement, rendre à l’écrivain britannique les gains engendrés par le genre qu’il a créé est une surprenante et amusante mise en abyme…

Bande annonce

Un autre Edgar Wallace à ne pas manquer

Les allemands ont toujours été friands des livres d’Edgar Wallace. Mais le succès nait réellement au tout début des années 50. C’est à ce moment que l’éditeur Goldmann publie les romans d’Edgar Wallace dans l’une de ses collections. Dans les années 50 et 60, les termes « roman policier » et Edgar Wallace étaient indissociables. C’est durant cette période que fleurirent les adaptations cinématographiques qui, aujourd’hui encore, rencontrent toujours un succès à la télévision. L’exploitation perdure donc depuis quatre décennies. Ce sont donc plusieurs générations de lecteurs, cinéphiles et spectateurs qui ont été bercés par Edgar Wallace.

Suivre la discussion
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Une fois abonné à ThrillerAllee, vous recevrez les nouveaux articles directement dans votre boîte mail et bénéficierez d’avantages exclusifs (Ebook, Jeux-concours…)

  • Toutes les couleurs du bis 13 banniere 860x400 1

Soutenez Thrillerallee.com